bannière

L'odyssée commence sur les rives du Pont-Euxin...


Devant Sainte-Sophie de Trébizonde, la Cathédrale des Comnènes.

Sainte-Sophie de TrébizondeSainteSophieIntèrieur

Après Sainte-Sophie de Constantinople et Sainte-Sophie de Thessalonique, la Basilique de Trébizonde est par son importance la troisième église de l'Empire Byzantin dédiée à la Sagesse Divine. Elle est aujourd'hui un très riche conservatoire de peintures byzantines du XIIIème siècle.


Trébizonde a été la glorieuse capitale de l'hellénisme pontique, libre pendant 22 siècles

Elle fut fondée en 756 av JC par les Grecs de Millet. Elle connut son apogée sous le règne des Comnènes du XIIème au XVème siècle et resta le dernier bastion de la civilisation byzantine, prise par les turcs en 1461, 8 ans après la chute de Constantinople.

Maison de KapagiannidisAgios EugeniosMaison grecqueTrebizonde_Remparts

Après le départ d'importantes colonies grecques à la suite du traité de Lausanne en 1923, Trébizonde connut une certaine récession.

Sur les pas des Argonautes
Cap de Jason : PhareLe promontoire de Jason : le lieu où lui et ses compagnons firent escale pour faire un sacrifice à Zeus afin qu'il libérât les vents.

A l'emplacement du temple antique, une église paléochrétienne reconstruite en 1868, dédiée à Saint Nicolas, patron des marins.
Agios Nikolaos

Le monastère de Panagia Soumela, Notre-Dame de la montagne noire
 Entree du monastèreVue de Panagia SoumelaNotre Dame de la montagne noire

Fondée en 385 sous le règne de Théodose Ier par deux moines d'Athènes, le monastère devint vite un lieu de pèlerinage, symbole de l'Orthodoxie et de l'hellénisme pontique. Après 16 siècles de fonctionnement ininterrompu, le monastère fut fermé en 1923 et les moines condamnés à l'exil.

"Ξύπνα και τους άλλους", είπε η Μητέρα όταν μπήκα στο δωμάτιο. "Δεν ξέρουμε πότε θα έλθουν οι στρατιώτες".
"Γιατί πρέπει να φύγουμε, μαμά;" ρώτησα. "Γιατί θα μας σκοτώσουν, αν δε φύγουμε", εἰπε η Μητέρα στο τέλος με σχεδόν σταθερή φωνή. "Πήγαινε τώρα να ξυπνήσεις και τους υπόλοιπους".
Καθώς ακούμπησα τον ώμο της Χριστοδούλας, ένιωσα τις σανίδες κάτω από τα πόδια μου να δονούνται. Ο ήχος από βαριές μπότες που βροντοκοπούσαν στο πάτωμα του άλλου δωματίου έκανε τη Χριστοδούλα να πεταχτεί με τα μάτια ορθάνοιχτα. Έτρεξα για να δω ποιος είχε έρθει. Ο θείος Νικόλας έστεκε όρθιος. Κουβαλούσε τα πράγματά του και είχε λαχανιάσει.
"Εγώ δε θα φύγω", ανακοίνωσε. "Η γυναίκα μου με περιμένει στην άκρη του περιβολιού. Εμείς δε θα πάμε". "Δε θα πάω. Και εσείς δεν θα πρέπει να πάτε".
"Ναι, αλλά πώς μπορείς να μείνεις;" ρώτησε ο Πατέρας. "Θα σε σκοτώσουν αν μείνεις".
"Δε θα αφήσω τη γη μου. Αυτή είναι η γη μας. Δε θα τους αφήσω να με διώξουν από την πατρίδα μου".
"Ανάθεμα! Θα σε σκοτώσουν", είπε ο Πατέρας. "Θα σε σκοτώσουν".

Θέα Χάλο,
"Ούτε το όνομά μου, Γενοκτονία και επιβιώση - Μια αληθινή ιστορία του Πόντου"
Μετάφρασε στα ελληνικά η Μαρίνα Φράγκου
εκδόσεις Γκοβότση, Αθήνα
Danses et rencontres avec les populations hellénophones

A Tonya et dans les villages alentour, il reste des populations grécophones. Le dialecte grec pontique est demeuré très proche du grec ancien, en raison de l'éloignement de la Grèce métropolitaine. Les populations ayant échappé à l'exil sont rares en effet les échanges de population de 1923 se firent sur des critères de religion et seuls les populations islamisées eurent le droit de rester.

Danse à OlasaDanse près dePanagiaSoumelaDanse à SayracDanse à Sayrac

Quelques danses pontiques, décrites depuis l'Antiquité par Xénophon, demeurent vivaces : souvent en cercle fermé autour d'un joueur de lyre. Les habitants les nomment simplement "horon", du grec χορόν signifiant "danse".

Femmes de Tonya


Les femmes de Sayraç, vêtues de leurs habits traditionnels:
- le tablier aux larges rayures verticales
- la ceinture tissée
- le foulard attaché derrière la nuque