bannière

L'odyssée commence à Constantinople...


Malgré la pluie et le froid, nous avons pu grimper sur la forteresse légendaire de Constantinople


yedikoules


Les remparts de Théodose


Dès 413 la ville s’agrandit, s’étale et nécessite une nouvelle fortification. L’empereur Théodose II en mobilisant toute la population protège la ville en faisant construire l’actuel rempart terrestre qui s’étend de la mer de Propontide jusqu’à la Corne d’Or, renforcé par des tours rondes ou octogonales. Une vingtaine d’années plus tard le travail est accompli avec l’édification du rempart du côté de la mer. Par la suite  un deuxième rempart s’ajoute pour renforcer la partie terrestre avec 82 tours. Enfin, un fossé muni de murs et de digues a été creusé afin de rendre la ville imprenable. C’est pourquoi cette fortification est restée légendaire et elle est toujours considéré comme la plus importante dans l’histoire mondiale après la muraille de Chine !


C’est cette enceinte que les Turcs ont trouvée quand ils ont assiégé et conquis Constantinople en 1453 ; c’est sur ce même rempart que le dernier empereur de Byzance, Constantin Paléologue,  est tombé en luttant avec une poignée de résistants contre les hordes de l’armée ottomane;  c’est toujours ce même rempart  - bien évidement avec les modifications qu’il a subi pendant la période ottomane et les restaurations récentes - comme un fantôme du passé qui délimite le centre historique de la mégapole actuelle.

A l’école Ζωγράφειο, une de plus importantes et réputées de la communauté grecque  qui reste encore ouverte. C’était d’ailleurs l’école jadis fréquentée par Γιώργος Θεοτοκάς.
Zographeio
Zographeio


PierreLoti
Pendant notre périple nous n’avons pas pu nous empêcher de faire un détour sur les hauteurs du quartier d’Eyup, au bout de la Corne d’Or pour revisiter les lieux fréquentés par Pierre Loti.

Dans le café dit « Pierre Loti », nous avons pu lire et discuter sur des textes de l’écrivain très antieuropéen et hostile à toute réforme entreprise par les grands sultans réformateurs du 19éme siècle visant la modernisation de l’empire ottoman. Des textes qui retrouvent leur place dans des débats d’aujourd’hui !

LOTI A PLUMKETT
Eyoub, 27 décembre 1876.

Cher Plumkett,

Voilà cette pauvre Turquie qui proclame sa Constitution! Où allons-nous ? je vous le demande ; et dans quel siècle avons-nous reçu le jour ? Un sultan constitutionnel, cela déroute toutes les idées qu'on m'avait inculquées sur l'espèce. A suivre...

Halki

Notre périple aux îles aux Princes nous a amenés jusqu’au Monastère de la Sainte Trinité, siège de la Grande Ecole de Théologie du Patriarcat Oecuménique,  fermée depuis les années 70 par le gouvernement turc.

Les efforts de la communauté grecque, du Patriarche Oecuménique Bartholomé, de la Grèce, de la Communauté Européenne ainsi que de la diplomatie internationale afin de ré-ouvrir l’Ecole semblent faibles devant la détermination des gouvernements turcs pour la maintenir fermée...